Suivez-nous sur les réseaux !

Ligue 1 Conforama

Après Guingamp, ça sent le sapin pour l’AS Monaco

Publié

le

Guingamp s’est imposé 0-2 au stade Louis-II contre une formation monégasque qui n’avait pas très bien compris à quel point le match était crucial. Les sifflets sont tombés en fin de match, le Prince Albert a adressé un regard très lourd de sens à Vadim Vasyliev. Malgré une heure de jeu solide, les Monégasques se sont effondrés sur deux contres joués à la perfection par la formation de Jocelyn Gourvennec. Et on sent Thierry Henry déjà sur la sellette.

Les notes

Best Munegu – Youri Tielemans (6) : Depuis plusieurs matchs, le milieu belge prend clairement ses responsabilités et s’impose en vrai patron devant sa défense. Intéressant dans le replacement, quelques interceptions in extremis, et il est à la baguette lors des attaques placées (inopérantes). Tielemans hausse son niveau, mais encore une fois, ça ne suffit pas. Et ça ne suffira jamais, si l’équipe continue à ce point de manquer de fond de jeu.

Falcao (3,5) : Inexistant ce soir, en manque d’inspiration, le Tigre colombien ressemble à un animateur de cour de récré au milieu de tous ces jeunots. Un peu empâté, sans vitesse de percussion, il a très bien été étouffé par Eboa Eboa qui lui a mené la vie dure jusqu’à la dernière minute. On sent, au-delà du manque de souffle, un manque de motivation.

Sylla (4) : A l’instar de son coéquipier sur le front de l’attaque, Sylla a été d’une impuissance criante. Incapable de gagner les duels physiques, de prendre un peu de profondeur, l’attaquant rouge et blanc a énormément fait défaut dans cette équipe qui, pendant une heure, aurait vraiment pu ouvrir le score. Mal accompagné par Diop et Faivre, il faut le dire.

Diop (3) : Il y a quelques semaines, il apparaissait presque comme le futur Mbappé. Sofiane Diop est loin du compte, ce soir, avec du déchet technique, des pertes de balles… On a l’impression que le jeune français se cachait sur le terrain. Pas étonnant qu’Henry ait décidé de vite le remplacer par Samuel Grandsir, lui aussi peu inspiré.

Faivre (4,5) : Le très jeune joueur, qui a connu sa première titularisation contre Lorient, cette semaine, avait fort à faire ce soir, en remplacement de Golovin. Il a très peu réussi. Il a souvent échoué. Mais l’essentiel, c’est qu’il a apporté du mouvement, de l’engagement, et un esprit de lutte à la perte de balle. Trop faible cependant pour 90 minutes.

Aït Benasser (4,5) : Brillant contre Amiens et Lorient, le milieu défensif franco-marocain n’a pas été dans un grand soir. Mise à part une passe lumineuse à Falcao, il a tué des temps de possession, a laissé la charnière centrale assez seule, et a trop peu épaulé Heinrichs. C’est un peu de sa faute si, alors que Glik monte enfin sur les coups de pied arrêtés, il laisse Badiashile à l’abandon.

Heinrichs (5) : Après avoir montré un visage catastrophique contre Lyon, on attendait un sursaut d’orgueil de la part du jeune allemand. Heinrichs a été irréprochable en première mi-temps, bloquant quasiment toutes les attaques sur son flanc. Remuant dans les offensives monégasques, il a, à l’image de l’équipe, été correct pendant une heure. Après, ce fut une autre affaire. Il a levé le pied et gâché une série de centres dans le jeu.

Biancone (3) : Il avait été l’homme du match, il y a trois jours, face à Lorient. Biancone a été méconnaissable ce soir, laissant son couloir ouvert à Thuram, Mendy, puis Coco et Roux. Il est aux abonnés absents sur les deux buts. Enfin, il laissait Faivre puis Grandsir complètement seuls sur les attaques.

Glik (5,5) : Aussi étrange que cela puisse paraître (au vu du score), c’est la charnière centrale qui a le mieux fonctionné pendant 60 minutes. Glik a livré un match de colosse, il a mouillé le maillot et le short, il a taclé à tout-va, dégagé de la tête, et même gagné quelques duels de vitesse. Il monte pour la première fois, à la demande de Titi (on l’entend dans le stade vide), sur coup de pied arrêté. Derrière, c’est un contre éclair rondement mené par Thuram. Glik a ensuite mal négocié la montée de Roux, qui provoque le deuxième but. Après ce match de titan mal récompensé, il faut souligner l’abandon total dans lequel les milieux ont laissé les défenseurs. Glik n’a pas démérité.

Badiashile (5,5) : La première mi-temps, Badiashile a été le patron sur le terrain. Son autorité, sa maturité dans les interventions… On le confondait presque avec Koulibaly (du Napoli). Il sort pourtant de son match sur le premier but, comme son coéquipier polonais. Un score qui ne met pas en avant leurs efforts. On sent que Badiashile a beaucoup travaillé à l’entraînement. Bien sûr, cela n’excuse pas tout.

Benaglio (4) : Le portier de l’ASM a été coupable. Certes, les attaquants avaient le champ libre devant lui sur les deux buts. Mais tout de même ! Admettons : Thuram effectue un joli crochet qui le met dans le vent, ça arrive. Mais la frappe croisée de Roux ne doit jamais finir au fond des filets. Jamais. Une équipe qui ne va pas en Ligue 2, c’est aussi une équipe qui ne prend pas de but évitables. Le gardien suisse devra hisser son niveau, parce que Subasic et confrères s’habituent au confort de l’infirmerie.

fr Français
X