Suivez-nous sur les réseaux !

Ligue 1 Conforama

Ligue 1 : le paradoxe lyonnais

Publié

le

Hier soir, l’Olympique lyonnais s’est imposé à domicile contre le Paris-Saint Germain (2-1) dans un match d’une rare intensité en Ligue 1. Un exploit qui n’en est pas vraiment un, quand on connaît la capacité des hommes de Bruno Genesio à se sublimer lors des grandes affiches. Un niveau en contradiction avec des performances très moyennes proposées contre des équipes bien plus faibles que le PSG sur le papier.

Rapidement cueillis à froid par l’ouverture du score de Di Maria, les lyonnais ont fait preuve d’un mental d’acier pour renverser des parisiens toujours invaincus en championnat avant le coup d’envoi. Plus important, les leaders techniques et mentaux ont répondu présents des deux côtés du terrain. Nabil Fekir, très en dessous dans le jeu depuis plusieurs matchs en est la preuve. En plus de son but sur penalty qui offrira la victoire à son équipe, l’international français a rayonné au milieu de terrain, aussi bien offensivement que défensivement. Derrière, Anthony Lopes et Jason Denayer ont été héroïques, sauvant à plusieurs reprises d’énormes occasions parisiennes. Au milieu de terrain, Houssem Aouar et Tanguy N’dombele ont dominé le quatuor parisien, ce qui a grandement contribué au succès des gones.

Comme un air de déjà vu

Une victoire qui rappelle le succès inattendu face à Manchester City en Ligue des champions. Ce soir-là, un Fekir éblouissant et un virevoltant Maxwell Cornet avaient offerts aux lyonnais un succès de prestige (2-1), déterminant dans la qualification en huitièmes de finale de la compétition. Un match de très grande qualité, individuellement et collectivement, dans lequel les citizens, irrésistibles à l’époque, étaient apparus impuissants. Comme hier, le milieu de terrain lyonnais avait affiché une impressionnante maîtrise du jeu. Cependant, cette victoire était arrivée comme une éclaircie dans la brume, au milieu de matchs moins prestigieux difficilement gérés.

Après la victoire d’hier, c’est désormais une certitude, certains cadres de l’équipe choisissent leurs matchs. Conséquence directe, Lyon n’est que troisième au classement, derrière une séduisante équipe lilloise qui joue tous les matchs avec la même intensité. Bruno Genesio est-il dans l’incapacité de motiver ses joueurs pour la routine de la Ligue 1 ? Une perspective inquiétante, pour une équipe qui pourrait bien tout perdre si elle ne change pas sa mentalité.

Une fâcheuse habitude qui remet en perspective la difficulté de rester compétitifs sur tous les tableaux, car il faut garder la même intensité en allant jouer une équipe amateur en Coupe de France qu’en affrontant Paris, Marseille, Saint-Étienne, etc…

Une tendance qui devrait probablement se répéter pour le choc face au FC Barcelone en huitièmes de finale. Ce jour-là, les lyonnais devront sortir des performances de très haut niveau pour espérer se qualifier en quarts de finale de la plus prestigieuse des compétitions, ce qui ne leur est plus arrivés depuis la saison 2009-2010.

fr Français
X