Suivez-nous sur les réseaux !

Autres

Point culture : les racines exactes du football

admin4831

Publié

le

Dire que les Anglais ont inventé le football au XIXe siècle est un raccourci. En effet, ce sport date de plusieurs siècles sous des aspects différents. Pour arriver à ce football contemporain, il y a eu plusieurs évolutions dans le passé par certaines disciplines ancestrales. En lucarne vous offre une bonne occasion de savoir les véritables origines du football, un sport d’une vaste diversité. 

Pendant l’Antiquité, on essayait de nettoyer les toiles d’araignée avec le ballon

Pendant l’Antiquité, le football se jouait beaucoup en Europe et en Asie. Les Grecs, les Romains et les Chinois ont été les tout premiers à toucher le ballon. Ils ont eu également leur propre manière de concevoir le jeu de balle. 

D’abord, les amis de Socrate pratiquaient à l’époque, l’Episkyros, dans lequel on pouvait jouer avec les mains et les pieds. La pratique se développe vers le IXe siècle av. J.C. Ce jeu de ballon devait alors se fonder sur l’organisation et la formation défensive. Malgré la violence de ce sport, les spectateurs se divertissaient à voir les guerriers spartiates. Peu de temps après, les Romains créent leur propre pratique footballistique en s’inspirant des Grecs.

Au temps du règne de César ou de Caligula, le football se nomme Harpastum, racine du mot latin harpazen, signifiant “arracher”. “Harpastum” se déroulait avec deux équipes dans un terrain rectangulaire dans lequel on devait passer une petite balle au-delà des limites du camp opposé. Néanmoins, les Romains semblaient plus jouer au rugby qu’au foot puisqu’ils utilisaient beaucoup de fois les mains pendant le jeu. Contrairement à eux, les Chinois s’amusaient avec leurs pieds.

Source Youtube : la chaîne de Audiopedia

D’après certaines sources, le Cuju ou Ts’u Chü se fonde grâce à l’empereur Huángdì (XXe siècle av J.C), à des fins militaires. D’autres diront que “Ts’u Chü” prend naissance lors de la période des Royaumes Combattants (475-221 av. J.-C.). Pendant la Dynastie des Han (206 av. J.-C.- 220 apr. J.-C.), le “Cuju” se répand très rapidement dans le territoire chinois. Ce jeu de balle se rapproche plus du football actuel du fait que l’utilisation de la main est interdite. D’ailleurs, on pouvait utiliser ses pieds, son dos, ou ses épaules pour toucher une balle en cuir rempli de plumes et de poils. Le but du jeu était de mettre cette balle dans le trou de “Ts’u Chü” sans être en contact avec le sol. A savoir que la FIFA a désigné le Cuju comme l’ancêtre officiel du football. 

Source Youtube : la chaîne de Channel 5 Belize

Dans cette période, on peut citer d’autres types de football pratiqués par différents peuples ou ethnies à travers le monde. Par exemple, les anciens Mayas, en Mésoamérique, pratiquaient le jeu du pok-ta-pok (2000 av J.C) pour des symboles religieux. Les Japonais, eux, se mettaient au kemari

Finalement, il existe plusieurs jeux de balle antiques qui ont influencé le football d’aujourd’hui. Il vient alors de très loin dans le passé avec une manière différente de concevoir le jeu en utilisant même la main. Ces disciplines se sont très bien exportées à travers le monde. Bien que ces sports aient disparu par la suite, d’autres ancêtres du football ont pris la relève, surtout, dans les pays occidents. À partir de la période médiévale, deux disciplines se détachent du lot : le calcio storico et la soule.

Au Moyen-Âge, le calcio storico et la soule se développaient au niveau régional

Source Photo : le blog de Guémené-sur-Scorff dans l’article, “LA SOULE ou la guerre pour une vessie de porc”.

Durant cette période, deux disciplines footballistiques émergent dans des territoires reteints en Europe. Dans un premier temps, il y a le calcio storico qui prend ses marques en Italie, puis également la soule en France. Ces deux ancêtres du football médiéval se mettent en évidence par leurs règles très controversées.

Apparu en Italie, le calcio storico est considéré encore aujourd’hui comme l’un des sports le plus violent du monde. Appelé aussi le calcio florentin, ce football se crée à Florence au siècle de la Renaissance (XVIe siècle). Il se joue sur un terrain rectangulaire et sablonneux avec deux équipes de 27 joueurs. Les formations doivent marquer plus de buts que leur adversaire en faisant rentrer le ballon par des moyens ultra violentes.

En effet, ce jeu permet de jouer presque sans limites, c’est-à-dire, mettre des coups et même se battre avec son adversaire pour récupérer le ballon. Disparu un temps, le calcio florentin réapparaît en 1930 par un tournoi annuel qui réunit quatre équipes de la ville de Florence. De l’Italie dans lequel on a découvert un sport, on atterrit en France pour s’épancher sur un autre sport très rude : la soule.

Source Youtube : la chaîne de Histoire sur Terre.

Elle fait partie des jeux de balle qui se sont installés en Europe pendant le Moyen-Âge. Mélangeant le rugby et football, la soule fait son apparition en 1066. Ce jeu traditionnel, venu du Nord-Est de la France, se jouait avec deux équipes ayant pour objectif de mettre la soule dans un but défini avant le match. Les joueurs pouvaient inscrire un but avec les mains, les pieds et même avec une crosse.

Concernant les règles, tous les coups étaient permis puisqu’il n’y avait pas une autorité qui dirigeait le jeu. Décrite comme une pratique violente et controversée, la soule a été proscrite par les autorités pour arrêter les débordements. Au fil du temps, la pratique s’est faite en cachette pour ensuite disparaître du paysage français. Néanmoins, la soule revient au goût du jour avec l’application de nouvelles règles pour structurer le jeu.

Ces types football médiévaux se caractérisaient par une violence due à des rivalités ou une suprématie territoriale. De ce fait, les Anglais se sont inspirés de ces ancêtres footballistiques pour moderniser le jeu. Grâce à l’ADN du passé, le football actuel est le fruit de beaucoup de manœuvres en lien avec l’application des Lois du Jeu.

Le football contemporain naît dans le pays de la reine Élisabeth II au XIXe siècle

Source Photo : le Rules, Regulations & Laws of the Sheffield FootBall Club dans l’article “Il y a 150 ans, le football naissant” sur le site des Cahiers du football

En 1863, le football prend un virage important en terres anglaises avec l’instauration des Lois du jeu et l’organisation d’une fédération. La codification du football moderne prend d’ailleurs racine dans les écoles britanniques.

En Angleterre, les habitants jouaient au folk football, ressemblant à la soule dans la façon de jouer au vu de l’absence de règles. Les autorités interdisaient cette pratique à cause de la violence et le manque d’organisation. Dans les écoles d’élites, la pratique n’était pas proscrite puisqu’on avait pu écrire les prémices des codes du jeu. Grâce à certains étudiants de l’Université de Cambridge, on établissait les premières règles en 1848 dans une époque où la Révolution Industrielle allait faire émerger la codification unifiée.

De cet élan de réglementation dû aux Cambrigde Rules, d’autres écoles situées à Charterhouse, Rugby ou Westminster ont créé leurs propres règles concernant les fautes, le terrain et même le coup d’envoi. Mais, cela devenait problématique par la suite lors des compétitions scolaires. Les matchs de football devenaient différents par rapport aux règles d’une école à une autre lors des tournois inter-scolaires. Il était difficile d’assimiler des règles du football qui variaient d’un endroit à un autre. En fin de compte, les règles universelles semblaient être une bonne solution afin d’améliorer les conditions de jeu.

Le 26 octobre 1863, la législation footballistique se met en place lors d’une réunion au Freemasons’ Tavern, à Londres. Un accord a été conclu avec 11 clubs pour établir les 14 lois du jeu en supprimant “le hacking”, c’est-à-dire, les coups de pieds en dessous du genou. Dans ces règles, on incorpore le hors-jeu originel (Loi 11 du jeu), différent de celui d’aujourd’hui. Rugby a été le seul club à être en désaccord avec cette décision et s’est orienté vers un sport pensé en 1823, combinant le combat et le jeu à la main. Nés grâce à la soule, le football et le rugby symboliseront une fracture dans le jeu à ce moment-là. L’année 1863 marquera la fondation de la fédération de football anglaise afin de mettre en place ces règles dans les compétitions.

Cette réunion rassemblant certains clubs de football témoigne un impact dans la modernisation de ce sport. Avant 1863, les règles n’étaient pas universelles puisque les écoles britanniques établissaient eux même leurs propres codes du jeu. Heureusement, l’unification législative de football permet de faciliter la compréhension du jeu pour les acteurs et le public.

Progressivement, on fera intégrer quelques nouveaux éléments dans le règlement comme l’arbitre central avec un sifflet en 1878 ou le remplacement de joueurs en 1932. Aujourd’hui, les 17 Lois du jeu sont appliquées lors des différentes compétitions au football, sport le plus populaire du monde. 

Crédit Photo : le Pok ta Pokpar ©2011-2019 castrochew

Continuer La Lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire