Connect with us

France

FC Nantes : rien ne va plus entre Vahid Halilhodzic et son président

admin4831

Published

on

Mauvaise ambiance au sein du club nantais entre l’entraîneur Vahid Halilhodzic et son président Waldemar Kita. L’ancien entraîneur du PSG a accusé jeudi l’homme à la tête du club d’avoir « travaillé dans (son) dos » lors du mercato d’hiver.

Au classement, le seul suspense consiste à savoir si les Canaris (11e avec 46 points) finiront ou non dans la première moitié du classement. La plus grande incertitude est plutôt du côté de l’identité de l’entraîneur la saison prochaine. Selon l’AFP vendredi, le coach bosnien a en tout cas posé une condition claire : « Si je reste, je veux construire un groupe plus compétitif. »

Tout en admettant qu’il y avait « des contraintes financières », le technicien a mis la pression sur son président, avec lequel les relations se sont nettement et rapidement dégradées depuis son arrivée en octobre.

Le mercato « est très complexe au FC Nantes. Le président, c’est lui le patron, c’est lui qui décide, mais je ne sais pas quelle est sa vision », a déploré l’entraîneur. Dans son élan, il est même allé jusqu’à l’accuser d’avoir « travaillé dans son dos » l’hiver dernier, au cours duquel étaient arrivés trois joueurs : Edgar Ié en défense, Valentin Eysséric au milieu et Antonio Mance en attaque.

« À 16h le dernier jour du mercato, je n’avais jamais entendu parler de Mance. On m’a montré des vidéos et dit que ça ne coûtait rien. Est-ce qu’on peut vraiment dire que c’est un de mes choix ? », a-t-il avancé. Un petit arrangement avec les faits, puisque si Mance n’était pas la priorité d’Halilhodzic, c’est quand même par ses relations que l’avant-centre, qui n’a disputé que 37 minutes en 4 apparitions en Ligue 1 depuis son arrivée, a été proposé au club.

« J’ai eu une mauvaise expérience sur le dernier mercato et pas seulement sur Sala, il y a aussi deux joueurs qui sont partis », a-t-il encore avancé. Mais les deux joueurs en question sont les défenseurs Matt Miazga, que le coach ne faisait plus jouer et dont il ne voulait plus, et Kara M’Bodji, avec lequel il avait eu une altercation dans les vestiaires après un match pourtant victorieux contre Montpellier (2-0) début janvier.

Si le défenseur sénégalais a demandé à retourner à Anderlecht qui l’avait prêté à Nantes, la relation entre les deux hommes semble irréparable tout de même.

Crédit photo : eurosport