Suivez-nous sur les réseaux !

Jeunesse

Jeune talent : Lee Seung-woo, le rebelle sud-coréen

Adel.B

Publié

le

lee seung-woo

Nul besoin de regarder un film sud-coréen pour apprendre l’histoire de Lee Seung-woo (22 ans). Éternel génie, mais surtout éternel incompris.

Enfant prodige

Né à Suwon près de Séoul, le jeune joueur effectue ses classes dans les différentes écoles qu’il fréquente jusqu’à l’adolescence. Résidant à Incheon, il est finalement intégré au centre de formation de l’Incheon United, où il se démarque très rapidement. Positionnée en ailier, il trouve définitivement sa place et est sélectionné pour la Danone Nations Cup en 2010. Ses prestations remarquables, finissant meilleur buteur du tournoi avec son pays, attisent alors toutes les convoitises.

Peu avant de quitter Johannesburg, où fut organisé la compétition, les dirigeants du FC Barcelone viennent à sa rencontre et finissent par le convaincre de s’engager l’année suivante. En 2011, Lee Seung-woo rejoint donc La Masia aux côtés de son compatriote Paik Seung-ho. Le jeune meneur de jeu désormais, se régale et, pour sa première saison avec les moins de 17 ans du Barça, inscrit 39 buts en 29 matchs. Battant le record de buts de Lionel Messi, son nom commence alors à circuler pour un poste au Barça B.

http://www.mundodeportivo.com/r/GODO/MD/p3/Barca/Imagenes/2016/05/19/Recortada/img_ppunti_20160116-142206_imagenes_md_propias_ppunti_160116juv447-kaDD-U401910882439ToC-428x221@MundoDeportivo-Web.jpg
CRÉDIT PHOTO : barcaforum.com

Cet élan est pourtant freiné par la FIFA, qui suspend les Catalans de tout transfert durant un an à partir de 2013. Lee Seung-woo est ainsi interdit de compétition européenne jusqu’à ses 18 ans. Entre temps, il connaît ses premières sélections avec les moins de 16 ans de Corée du Sud. Il inscrit un quadruplé face au Laos en qualification pour la Coupe d’Asie des moins de 16 ans, avant d’inscrire le but de la compétition en quart-finale face au rival japonais. Dribblant la défense depuis le milieu de terrain, il élimine le gardien de but avant de marquer dans le but de vide.

Une attitude !

Pourtant, au-delà du sportif, c’est son attitude qui marque les observateurs. Avant la rencontre face au Japon, le joueur, interrogé sur ses adversaires, déclare : “Comme ce n’est que le Japon, nous pouvons gagner facilement“. Un comportement osé pour un jeune joueur, qui poursuit sur le terrain à travers des célébrations provocatrices. Finissant meilleur buteur du tournoi (5 buts) et meilleur joueur, il permet à la Corée du Sud, finaliste (défaite contre la Corée du Nord ndlr) de se qualifier pour la Coupe du monde des moins de 17 ans. De nouveau, il fait preuve d’immaturité durant la compétition, en saccageant un panneau publicitaire, contestant une décision arbitrale et en quittant précipitamment le terrain après avoir été remplacé.

La sanction de la FIFA est finalement levée le 4 janvier 2016, permettant au Sud-Coréen de pouvoir fouler les pelouses espagnoles. Au mois de mars comme attendu, le “Messi coréen” dispute enfin son premier match avec le Barça B face à Lleida. Son attitude est cependant toujours pointée du doigt par les responsables barcelonais, qui lui reprochent ses sorties nocturnes. Son avenir au sein de La Masia commence à s’évaporer, au même titre qu’une arrivée chez les A.

Entrée remarquée avec les professionnels

Ne disputant que cette seule rencontre, Lee Seung-woo n’est finalement pas conservé par le FC Barcelone. Il est alors engagé le 31 août 2017 par l’Hellas Vérone, promu en Serie A, pour 1.5 millions d’euros. Un nouveau départ pour le Sud-Coréen, qui évolue pour la première fois au plus haut niveau. La saison 2017/2018 lui permet d’acquérir du temps de jeu, mais le club est finalement relégué.

goalzz.com: Live sports scores, news and more
CRÉDIT PHOTO : goalzz.com

En Serie B, le joueur évolue régulièrement comme titulaire (27 matchs) mais ne s’épanouit pas en attaque (2 buts en deux ans). Son passage en Italie lui permet surtout de connaître ses premières sélections en équipe A, et d’être récompensé par une participation à la Coupe du monde 2018. Il dispute deux rencontres face à la Suède puis au Mexique. Il enchaîne l’année suivant par une sélection en Coupe d’Asie, avec deux rencontres jouées également, face à Bahreïn et au Qatar.

Au terme de l’édition 2018/2019 et malgré la promotion du club, le joueur décide pourtant de ne pas prolonger son aventure italienne. En conflit avec la direction, il est finalement libéré.

Le 30 août 2019, il signe à Saint-Trond (Jupiler Pro League) en Belgique, et fait de nouveau preuve de véhémence. Durant l’une de ses premières séances d’entraînement, il se dispute sérieusement avec son entraîneur Marc Brys, lui reprochant sa position sur le terrain. Le joueur est alors écarté par son club durant douze matchs. Réintégré dans l’équipe le 29 novembre, il dispute quatre matchs avant l’arrêt de la saison. Son avenir en Belgique est donc déjà compromis.

Un style de jeu affirmé

Disposant d’une vitesse pure foudroyante, Lee Seung-woo est un joueur très percutant. Éliminant les adversaires en pleine course, il déclenche souvent des attaques rapides depuis le milieu de terrain. Avantagé par une conduite de balle pied gauche et pied droit, il est très difficile de lui prendre le ballon lorsqu’il accélère.

Le Sud-Coréen, est devenu un meneur de jeu confirmé et sa confiance en lui ne le fait pas hésiter à tenter des actions en solitaire. Adepte de la déviation, de l’extérieur ou du talon héritée de son passage au Barça, il libère constamment des espaces pour ses coéquipiers devant le but. De plus, il constitue un élément clé dans le jeu, puisque tous les ballons transitent par son axe.

Plus passeur que buteur, son rôle d’intermédiaire entre la défense et l’attaque lui convient très bien. Son petit gabarit ne constitue en rien un inconvénient, au contraire, cela lui permet de déposer ses adversaires et d’obtenir des fautes. Il influence le jeu de son équipe et de ses adversaires par sa gestuelle déstabilisatrice et sa mobilité.

Élément clé du renouveau du football sud-coréen et joueur accompli avec son équipe nationale, ne reste à Lee Seung-woo qu’à gommer cette immaturité récurrente pour s’installer durablement dans un club.

Crédit photo : koreatimes.co.kr