Suivez-nous sur les réseaux !

Coupe d'Europe

Angleterre : Leeds United, la résurrection du phœnix

Adel.B

Publié

le

leeds united

Troisième ville la plus importante d’Angleterre, le destin de Leeds a toujours été lié au football. De son glorieux passé à sa relégation en Championship en 2004, le Leeds United Football Club représente l’élément fédérateur de toute une ville. Jamais abandonné par ses supporters, le club est aujourd’hui en pleine renaissance et en lice pour une remontée en Premier League.

Des débuts tumultueux

La fondation même du club témoigne de l’anormalité que suscite cette équipe. Leeds United est ainsi créé le 4 octobre 1919, pour substituer l’ancienne institution phare de la région, le Leeds City Football Club. Accusé de paiements illégaux et de fraude au cours de la Première Guerre Mondiale, le LCFC est destitué de son rang, et remplacé par le LUFC.

Leeds United F.C. History
Crédit photo : ozwhiteluf.net.au

Les couleurs choisies sont celles de la ville, bleu et or, symboles du faste et de la réussite souhaitées pour cette équipe. Pourtant, les débuts sont difficiles. Le club oscille entre première et deuxième division durant près de quarante ans et perd ses meilleurs joueurs. La perte la plus significative est celle de John Charles, alors meilleur buteur, qui s’envole pour la Juventus en 1957, faisant lentement glisser Leeds vers le bas du classement.

WAFLL - Leeds United Badges - LUFC Logos - Leeds Crest
Crédit photo : wafil.com

Don Revie et son âge d’or

Un homme va alors faire basculer le club dans une autre dimension. En mars 1961, Donald Don Revie est nommé manager du club, avec pour objectif la remontée en première division. Sa décision initiale est anecdotique mais va suivre l’identité du club tout au long de son histoire. Il choisit en effet de faire arborer à ses joueurs un maillot blanc, couleur du Real Madrid, afin de leur donner le goût de la victoire.

La résultante met pourtant du temps à prendre effet puisque l’équipe échappe de peu à la relégation en troisième division. La politique de Donald Revie évolue alors et le manager choisit de valoriser la formation, avec de jeunes joueurs véritablement attachés à leur ville. Ces initiatives changent la donne et Leeds remonte en première division lors de la saison 1963/1964.

A piece of Don Revie's Leeds United history discovered and aired ...
Crédit photo : leeds-live.co.uk

Cette période charnière dynamise l’ensemble sportif et les succès attendus arrivent enfin. Une génération dorée issue du cru emmène le Leeds United Football Club au sommet du football anglais. Paul Madeley et Jack Charlton en défense, Billy Bremner au milieu de terrain et Peter Lorimer en attaque, permettent au Whites de glaner leur premier titre de champion en 1968-1969, et de lancer la glorieuse épopée de Revie à la tête du club.

Leeds United de Don Revie, de l'ombre à la lumière (1/2) – La Grinta
Crédit photo : lagrinta.fr

Le “Dirty Leeds” et son kick and rush font des ravages en Angleterre. Un jeu physique et des longs ballons, suffisent à lui faire gagner une pléiade de titres, dont son premier succès européen en 1968, à l’occasion de la Coupe des Villes de Foire (actuelle UEFA Europa League ndlr). Le club réalise le doublé en glanant une Coupe de la Ligue, avant une nouvelle Coupe d’Europe en 1971. Cette fastueuse période se poursuit par une Coupe d’Angleterre en 1972 puis un deuxième titre de champion en 1974. En l’espace de dix ans, Donald Revie réussit à emmener Leeds United du maintien en deuxième division aux succès européens et à légitimer le maillot blanc et sa symbolique madrilène.

Finaliste européen

Les critiques fusent pourtant sur le territoire, à mesure que le style de jeu du club se fait de plus en plus pressant. Les matchs de football se transforment en bataille rangées et les joueurs de Leeds sont directement visés par leurs adversaires. Cela n’empêche pourtant pas l’équipe de Don Revie de progresser et d’effleurer la consécration mythique.

Leeds United 1975 European Cup Final Keeper David Stewart Passes ...
Crédit photo : roblufc.org

En 1975, après un parcours européen réussi, sortant notamment le Barça en demi-finale, Leeds atteint la finale de la C1. Dans un Parc des Princes à guichets fermés, le Bayern Munich fait face aux Anglais pour une rencontre qui peut s’avérer historique pour les blancs. Le rêve prend finalement fin par deux buts de Gerd Müller et Franz Beckenbauer qui sacrent les Allemands, largement supérieurs aux novices de Revie. Malgré la défaite, le club vient de marquer de son empreinte le football européen et d’inscrire son premier âge d’or.

De l’anonymat au retour aux sommets

Après les victoires, vient le temps de l’accalmie. Les années 1980 voient Leeds redescendre au milieu de tableau, suivant le départ de plusieurs de ses cadres, avant de connaître une nouvelle relégation. Il faut attendre la fin de la décennie, et l’arrivée d’Howard Wilkinson comme entraîneur en 1988, pour redonner vie aux succès d’antan.

Le club remonte en première division en 1990 et termine quatrième l’année suivante. Un nouveau souffle arrive alors à travers une autre génération, celle des Gordon Strachan, Lee Chapman, Anthony Dorigo et du King Cantona. Après avoir fini au pied du podium en 1991, Leeds United est champion d’Angleterre, deux ans seulement après sa remontée en 1992.

A tribute to Strachan, McAllister, Batty Speed & that wonderful ...
Crédit photo : planetfootball.com

Ce titre sacre l’audace d’Howard Wilkinson, donnant leur chance à des joueurs en perte de vitesse ou arrivant de l’étranger. De nouveau, l’équipe se retrouve pourtant dans les tréfonds du classement et ne peut empêcher le départ de ses meilleurs éléments, dont celui de Cantona. Les années passent et les victoires s’éloignent. En 1998, le club recrute enfin un nouvel entraîneur, David O’Leary, qui va lui permettre de retrouver les sommets.

La génération 2001

La dynamique atteint son paroxysme en 2001, lorsque le club atteint les demi-finales de la Ligue des Champions. Terminant 5e à cinq reprises, les Whites sortent d’un groupe relevé, où étaient présents le FC Barcelone et l’AC Milan. Le deuxième tour, voit Elland Road accueillir le Real Madrid comme un symbole et permettre aux Anglais d’atteindre les quarts de finale.

On this day: Leeds United overcome Deportivo to qualify for ...
Crédit photo : yorkshireeveningpost.co.uk

Le parcours hispanisant du club se poursuit avec l’élimination du Deportivo La Corogne, dont un 3-0 historique au match aller. Leeds United échoue finalement face à l’ogre valencian aux portes de la finale. Portée par Rio Ferdinand, Olivier Dacourt, Danny Mills, David Batty, Alan Smith, Robbie Keane et son duo d’Australiens Harry Kewell et Mark Viduka, l’équipe est alors considérée comme l’un des meilleures formation d’Europe. Loin du kick and rush des années 1970, le beau jeu de David O’Leary et de sa jeune garde remet la ville de Leeds sur la carte de l’Angleterre.

Leeds United ranked as the sixth-most successful English side in ...
Crédit photo : leeds-live.co.uk

La descente

Cette année sera pourtant la dernière au sommet pour le club du nord-ouest. En 2003/2004, la relégation en Championship sonne la fin du rêve blanc et le début d’une longue traversée du désert. Favori régulier, le club ne réussit jamais à tutoyer le haut du classement et perd peu à peu en influence. En 2007, c’est la chute finale. Leeds descend en League One et disparaît totalement des radars. Pour faire survivre l’institution les joueurs sont bradés, comme Fabian Delph vendu à Aston Villa en 2009.

Leeds United F.C. History
Crédit photo : ozwhitelufc.net.au

Les supporters sont malgré tout présents et ne lâchent aucunement leur équipe. La troisième division n’entérine pas l’enthousiasme populaire et, en 2010, le LUFC est promu en Championship. De nouveaux joueurs sont arrivés, dont les éminents Max-Alain Gradel et Robert Snodgrass et sa frappe surpuissante. Le club impressionne, mais échoue toujours aux portes de la Premier League. Les talents viennent et partent, et l’instabilité marque la décennie leedsienne.

Nouvelle ère

À défaut de remonter par la voie sportive, c’est du volet économique qu’arrive la renaissance. En 2017, Andrea Radrizzani arrive à la tête du club. Homme d’affaire italien d’envergure, il rachète Leeds United et aspire à le faire remonter dans les deux années suivantes. Les moyens sont mis en oeuvre et, en juin 2018, est engagé Marcelo Bielsa comme nouveau manager.

https://i2.wp.com/www.yorkshirepost.co.uk/images-a.jpimedia.uk/imagefetch/http://www.lep.co.uk/webimage/Prestige.Item.1.111519924!image/image.jpg?resize=527%2C373&ssl=1
Crédit photo : yorkshirepost.co.uk

Les promesses sont tenues et en quelques mois le club se retrouve en tête de la Championship. La première partie de saison est une réussite au même titre que l’habituel style de jeu de Marcelo Bielsa. Un mode ultra-offensif, porté par des attaquants rapides et une défense haute, ravit les spectateurs d’Elland Road. Cependant, comme pour toutes les équipes du technicien argentin, la condition physique de ces protégés ne tient pas et la deuxième partie de saison oscille entre le haut et le bas.

La Premier League en ligne de mire

Le club réussit tout-de-même à accrocher le podium et à se qualifier pour la demi-finale des playoffs. Une opposition remportée par le Derby County de Frank Lampard qui file en finale (avant de s’incliner contre Aston Villa ndlr). Cette campagne 2018/2019 permit de raviver les espoirs d’une remontée pour les Whites et de déclencher une vague émulatrice pour tous ses fans.

Leeds United Players Salaries 2020 (Weekly Wages)
Crédit photo : sillyseason.com

Cela se confirme cette saison, puisque après une début de campagne tonitruant, le club se retrouve premier du classement. Un effectif jeune et de qualité, renforcé par de nombreuses recrues étrangères permettent à Leeds United de voir se rapprocher une remontée en Premier League. Ainsi, Patrick Bamford, Helder Costa, Jean-Kévin Augustin et Ian Poveda, encadrés par les expérimentés Kiko Casilla ou Stuart Dallas soutiennent une institution désormais redevenue pleine et légitime.

https://i2.wp.com/www.hitc.com/static/uploads/hitcn/1656/jack_harrison_of_leeds_united_celebrates_his_sides_second_goal_w_1403174-768x581.jpg?resize=521%2C394&ssl=1
Crédit photo : hitc.com

La reprise de la saison en Angleterre va effectivement pouvoir donner la satisfaction de plus de dix ans d’attente à toute une ville et à plus large échelle, à tout le monde du football. Leeds United, club de légende aimé par ses fans et reconnu par toute la sphère du ballon rond, s’apprête donc à retrouver sa place au centre de l’élite, soulignant le travail de longue haleine amené par plusieurs personnalités chevronnées et passionnées. Une longue attente, avant de finalement voir la résurrection du phœnix.

Crédit photo : leeds-live.co.uk