Suivez-nous sur les réseaux !

Coupe d'Europe

Ligue des champions : la leçon de Manchester City et la performance de l’OL

Adel.B

Publié

le

man city ol

Les derniers huitièmes de finale retour de Ligue des champions ont commencé hier, et l’on connaît le nom des prochains qualifiés.

Guardiola 2 – Zidane 0

Deux victoires en deux matchs pour le Manchester City de Pep Guardiola qui a offert une leçon tactique au Real Madrid de Zinédine Zidane. Un pressing intense de ses ailiers, qui aura gêné les relances courtes de la défense madrilène dès le début de rencontre. Ainsi, sur l’une des premières montées des Citizens, Raphaël Varane se retrouve coincé sur son pied faible, poussé à la faute par Gabriel Jesus, récupérant le ballon pour servir Raheem Sterling qui marque dan le but vide (9e). Les Merengue tardent à sortir la tête de l’eau et il faut attendre un exploit de Rodrygo qui élimine João Cancelo sur un petit pont, avant d’offrir un caviar à Karim Benzema, qui domine trois défenseurs pour égaliser (28e).

Ce but n’est pourtant que l’arbre qui cache la forêt d’un Real Madrid totalement dépassé. Le milieu de terrain prend l’eau, visible dans la performance de Casemiro proche du néant. La liberté laissée à Kevin de Bruyne, qui a mené le jeu de son équipe, et à Rodri, qui a empêché les transitions, symbolisent tous les manques à améliorer pour les hommes de Zizou. Le dernier coup est mis par un Gabriel Jesus actif, profitant d’une deuxième erreur de Raphaël Varane qui manque par deux fois sa remise de la tête vers Thibaut Courtois, lançant le Brésilien vers le but (68e).

https://i2.wp.com/www.standard.co.uk/s3fs-public/thumbnails/image/2020/08/07/21/man-city-real-madrid-070820zk.jpg?resize=600%2C400&ssl=1
Crédit photo : standard.co.uk

Incriminer le Français semblerait logique et facile. Sa perte de confiance en l’absence de Sergio Ramos, souvent visible, est un point à gommer pour ce défenseur de très haut niveau. Pourtant cela ne reflète aucunement les erreurs commises. De fait, la titularisation d’Eden Hazard au détriment de Vinicius Jr. peut poser question. Loin d’être au niveau et blessé durant quatre mois, il est surprenant de voir l’ailier belge disputer une rencontre de Ligue des champions face à un tel adversaire.

La capacité de contre de l’ancien joueur de Flamengo aurait sûrement pesé sur le positionnement haut des Mancuniens. De même, et comme dit précédemment, la faiblesse du milieu de terrain et les changements tardifs témoignent de ces choix étranges, peut-être d’un relâchement notoire après le titre de champion acquis. Il reste donc beaucoup de choses à faire à Zinédine Zidane, pour disposer d’un effectif optimal et surtout pour atteindre le très haut niveau tactique.

Lyon loin d’être impressionné

Les Lyonnais ont su résister et surtout se montrer à la hauteur de leur rendez-vous face à la Juventus. Loin d’être impressionnés par une équipe, où seul Cristiano Ronaldo semble réellement être à la hauteur, les coéquipiers de Memphis Depay ont réussi à se qualifier pour les quarts de finale au terme d’une rencontre difficile mais aboutie.

Sur une incursion de Houssem Aouar, le milieu de terrain s’écroule dans la surface suite à un tacle de Rodrigo Bentancur, pour obtenir un penalty généreusement accordé. Le Néerlandais ne tremble pas et inscrit une jolie panenka pour donner l’avantage aux siens (12e SP.). Les Juventini réagissent et accélèrent, notamment sur une fulgurance de Federico Bernardeschi, éliminant la défense et Anthony Lopes avant de voir Marcelo effectuer un retour salvateur pour son équipe.

Lyon réussit l'exploit face à la Juve et se hisse en quarts de la ...
Crédit photo : lunion.fr

Quelques instants plus tard, le gardien portugais réalise un bel arrêt à une main, sur un coup-franc lifté de Cristiano Ronaldo. La Juventus reprend peu à peu le dessus et sur un coup-de-pied arrêté similaire, obtient également un penalty loin d’être évident, sur une main de Memphis Depay dans le mur. Le meilleur buteur de l’histoire de la C1 le transforme (43e SP) et remet son équipe sur les bons rails. Les occasions sont là pour les italiens, qui ne parviennent cependant pas à les concrétiser. Il faut alors attendre un nouvel exploit de Ronaldo, pour que la Juve reprenne l’avantage. Une frappe de 25 mètres du pied gauche qu’Anthony Lopes ne peut que dévier dans ses buts (60e).

Malgré une nouvelle occasion de la tête du même Cristiano Ronaldo, les Lyonnais tiennent et obtiennent leur qualification, loin d’être usurpée. Beaucoup de points positifs sont à retenir pour les Gones dans cette rencontre, à commencer par l’émergence de plus en plus visible de Maxence Caqueret. À l’aise balle au pied, ce dernier aura su tenir face à l’impact physique d’Adrien Rabiot et de Rodrigo Bentancur.

De même, nous notons l’excellent retour en forme de Memphis Depay, désormais apte à enchaîner les rencontres. Enfin, l’entrée en jeu de Jeff Reine-Adélaïde prouve que le Martiniquais a tout d’un titulaire en puissance. Sa nonchalance et sa facilité technique ne cessent d’impressionner et montrent toute la qualité qu’il peut apporter à son équipe. Point négatif dans tout cela, l’agressivité trop présente dans les interventions défensives, avec un total de sept cartons jaunes. Déjà visibles face au Paris Saint-Germain en finale de la Coupe de la Ligue, les fautes sont nombreuses, notamment pour Bruno Guimaraes. Place désormais à Manchester City pour l’Olympique Lyonnais.

Crédit photo : uefa.com